L'ONU reconnaît le cannabis médical et ses valeurs thérapeuthiques

Une décision historique : Après 60 ans de statu quo, 3 ans d'examen scientifique par l'OMS et 2 ans de discussions diplomatiques, l'ONU a finalement retiré le cannabis du Tableau IV de la Convention Unique sur les stupéfiants de 1961 - où il figurait aux côtés d'opioïdes dangereux et hautement addictifs comme l'héroïne.

L'ONU reconnaît ainsi la valeur thérapeutique de cette plante médicinale et ne la considère plus comme "Particulièrement susceptible d'abus et de produire des effets néfastes."

Le vote de la Commission des stupéfiants s'est déroulé ce Mercredi 2 Décembre à Vienne où se tenaient 53 États membres.

Pas de conséquence immédiate pour les états :

Le vote faisait suite à une évaluation scientifique indépendante convoquée par l'OMS en 2017-2018, où des preuves et des témoignages de tous les coins du monde ont été examinés.

Celui n'aura pas d'impact immédiat sur l'assouplissement des contrôles internationaux car les gouvernements auront toujours compétence sur la manière de classer le cannabis.

Cependant, de nombreux pays se tournent vers les conventions mondiales pour obtenir des conseils. La reconnaissance des Nations Unies est donc une victoire symbolique pour les partisans du changement de politique sur ce sujet.

Une avancée majeure pour la recherche et l'usage du cannabis médical :

Outre le retrait du tableau IV, l'OMS a proposé un plan ambitieux pour harmoniser et intégrer la flexibilité dans le cadre du traité pour l'accès et la disponibilité des médicaments à base de cannabis. 

L'OMS s'est efforcée de créer un espace permettant aux gouvernements d'ajuster leurs politiques nationales en fonction de leurs besoins.