Le cannabis, un préjudice personnel et sociétal ?

Graphique montrant le classement des préjudices de la drogue pour 19 drogues récréatives courantes d'après une enquête de 2011 auprès de 292 experts cliniques en Écosse. Le préjudice personnel est sur l'axe horizontal et le préjudice à la société est sur l'axe vertical.

Le but de cette étude était d'obtenir un consensus des experts en toxicomanie en Écosse sur les méfaits relatifs de l'abus de drogues.

 

Le préjudice physique était évalué selon les dimensions suivantes :

- les effets aigus sur la santé

- les dommages chroniques sur la santé

- les atteintes sur la santé physique causées par l’usage de drogues par voie intraveineuse.

Dans la dimension des préjudices sociaux, les composantes évaluées étaient :

- les frais de santé résultant de l'usage de drogues, y compris les coûts (systèmes de soins, protection sociale)

- les préjudices sociaux, tels que les comportements violents, la négligence des enfants et les problèmes financiers causés par la consommation de drogues.

 Conclusion :

Le classement élevé de l'alcool et du tabac dans cette étude reflète la reconnaissance commune selon laquelle l'utilisation chronique de ces substances provoque des maladies et des décès, contribuant à 90% des décès liés à la drogue au Royaume-Uni.

Fait intéressant, le cannabis a été classé comme la moins nocive des drogues par les experts écossais en toxicomanie.

Cela diffère du travail de Nutt et l’étude néerlandaise où il était classé 12 ème sur 19. On ne sait pas pourquoi il y aurait une telle variation des scores, bien qu'au moment de l'enquête, l'utilisation d'un cannabis à forte teneur en THC n'était pas encore répandue en Écosse.

 

Retrouvez cette étude sur :

https://bmjopen.bmj.com/content/2/4/e000774